Domaines d'interventions

vague64

NAUTISME ET PLAISANCE

Le secteur du nautisme et de la plaisance en Bretagne offre un panel de structures et d’activités variés.

L’étude menée par le Conseil Régional de Bretagne et la Fédération des Industries Nautiques en 2016 nous donne quelques indicateurs au niveau de la Bretagne.

Pour télécharger l’étude complète « LES RETOMBÉES ÉCONOMIQUES DU NAUTISME EN BRETAGNE », cliquez ici

En Bretagne, la filière du nautisme, c’est:

• 7440 emplois
• 2000 acteurs économiques
• 1,05 milliard d’euros de chiffres d’affaires
• 745 millions d’euros de retombées indirectes

Avec 3 grandes composantes :

Industries, commerces et services :

1235 entreprises et 5541 emplois repartis dans une majorité de petites entreprises artisanales (85% comptent moins de 10 salariés) sur 4 grands secteurs d’activité : Construction, Réparation/Maintenance de bateaux, Equipementiers et Activités de Services. Le pôle Industries, commerces et services genère un chiffre d’affaires de 883 millions d’euros.

Ports de plaisance et site de mouillage

Plus de 160 ports de plaisance et plus de 400 zones de mouillages représentant 78 500 places (ponton, à quai, à terre, corps morts). Le pôle Ports de Plaisance emploie 385 personnes et génère 52 millions d’euros de chiffre d’affaires.

Sports nautiques et de bord de mer

612 prestataires de sports nautiques et de bord de mer représentant 1517 emplois (hors emplois saisonniers) dont l’activité progresse tous les ans et qui accueillent plus 1 million de clients par an. Ce pôle comptablise près de 120 millions d’euros de chiffre d’affaires.

Ces trois secteurs placent la Bretagne dans les premiers rangs des régions nautiques françaises.

Avec 242 000 bateaux immatriculés en Bretagne dont 17376 transactions de bateaux en 2015, la région représente 1/4 du parc national.

Source : Bretagne Info Nautisme

Au carrefour de toutes les routes maritimes, la BRETAGNE rassemble la plus forte concentration de chantiers navals industriels.

Des produits et services pour tous types de Navires (Commerce, passagers, militaire, pêche, transport, ferries, offshore, recherche, servitude, grande plaisance).

Des infrastructures portuaires récentes et performantes réparties sur l’ensemble de la Région. 12 formes de radoub, 5 élévateurs mobiles de 70 à 650 tonnes, un élévateur fixe de 2000 tonnes, 4 slipways, des ateliers et cales de construction couvertes, des quais industriels en eau profonde avec plateformes pour charges lourdes et moyens de manutention.

La Région Bretagne et ses partenaires se sont fortement impliqués dans la mise en place d’une structuration collective des différents acteurs du secteur de la construction et de la réparation navale. Une approche par filières a été privilégiée pour agir sur les facteurs clés de compétitivité : formation des personnes, organisation collective des entreprises, infrastructures adaptées aux besoins, innovation, intelligence économique et stratégique, etc.

Un pôle d’ingénierie de construction et de réparation navale.

De cette implication est né un pôle d’ingénierie de construction et de réparation navale, Bretagne Pôle Naval, qui regroupe désormais l’ensemble des acteurs de la construction et réparation navale en Bretagne.

La réparation navale est le 4e secteur industriel de la Bretagne, après les industries agroalimentaires, l’électronique et les technologies de la communication, et l’industrie automobile. Dans la construction navale civile, la Bretagne dispose de chantiers de renommée internationale et occupe, avec Brest, la première place nationale pour les chantiers de réparation. Le secteur de la construction et de la réparation navale représente plus de 400 établissements et près de 8000 emplois. L’activité est particulièrement concentrée autour de l’activité des 10 plus grands établissements lesquels emploient 80% de l’effectif salarié du secteur.
Source : Bretagne Bzh

boussole64

ÉNERGIES MARINES RENOUVELABLES

Les côtes bretonnes possèdent l’un des premiers potentiels physiques français en matière d’énergie marine. Une part de la consommation d’électricité bretonne pourrait être fournie par l’exploitation durable des énergies marines (vent, houle, courants de marées et océaniques, vagues…) en Bretagne, estime le plan Énergie élaboré par la Région. Via sa politique en faveur des énergies renouvelables (qui ambitionne de produire 3 600 MW à l’horizon 2020, 34 % de la consommation bretonne), la Région veut développer une filière énergies marines (EMR) : de la recherche à la structuration d’une filière industrielle.

La Région Bretagne présente sur un portail dédié le potentiel naturel breton et les projets dans les différents types d’énergies marines en Bretagne.

algue64

ALGUES

Avec près de 71.000 tonnes d’algues récoltées par an, essentiellement en Bretagne, la France est le dixième pays producteur dans le monde.

L’exploitation de la mer à la pointe bretonne se traduit notamment par une activité ancestrale de récolte des algues dont le Finistère détient un quasi-monopole.
33 navires goémoniers finistériens (28 à Brest, 4 à Morlaix, 1 au Guilvinec) détiennent une licence régionale. En 2016, cette flottille débarquait 68 000 tonnes de laminaires, soit l’essentiel de la production française : 48 000 tonnes de digitata récoltées au scoubidou, et 20.000 tonnes d’hyberborea au peigne.

S’y ajoutent de 3 000 à 4 000 tonnes d’algues de rives en Bretagne (dont 80% provenant du Finistère), tandis qu’à ce stade la production issue d’algues mises en cultures est anecdotique (50 tonnes d’algues alimentaires comptabilisés au plan national en 2014).

En Bretagne, plus de 90 entreprises sont directement impliquées dans la filière algues, représentant 1.600 emplois, majoritairement en Finistère -source Chambre syndicale des algues marines-, y compris filière aval et transformation. Le Finistère compte deux opérateurs majeurs dans la sphère de la valorisation industrielle des algues, avec Danisco à Landerneau, et Algaia à Lannilis (ce denier repreneur fin 2016 de l’ex-établissement de Cargill).

La production mondiale d’algues marines est estimée à 15 millions de tonnes par an, dont plus de 90% proviennent de l’algoculture asiatique et 2% d’Europe, cette dernière totalisant 300.000 tonnes par an, principalement issues de récoltes en mer.

Pour tout savoir sur la Filière algues dans le Finistère : Finistere Gouv

biotech64

BIOTECHNOLOGIES

De plus en plus, les biotechnologies s’imposent comme un secteur clé de développement de la Bretagne. Classée 3e région biotechnologique française, elle est le leader incontesté dans les biotechnologies marines et un des tous premiers fournisseurs mondiaux d’ingrédients pour l’industrie de la cosmétique marine. Au total, ce sont 250 acteurs économiques, dont 150 entreprises, qui se distinguent sur quatre principaux marchés : santé (humaine, animale et végétale), cosmétique/nutraceutique, agro-alimentaire ainsi qu’environnement et énergie.

La filière biotechnologie est soutenue et fédérée par CAPBIOTEK, la dynamique régionale dont la coordination a été confiée à CBB Capbiotek, en lien avec ID2Santé et Bretagne Développement Innovation.

Les biotechnologies marines et végétales constituent un véritable atout pour le Finistère. Une cinquantaine d’entreprises employant 1000 salariés ont tout ou partie de leur activité liée aux biotechnologies en Finistère. Montant du chiffre d’affaires: 200 M€ en 2012.

Le Finistère est particulièrement concerné par les biotechnologies végétales (Nord du département).

Les applications des biotechnologies marines se font dans la santé, l’agroalimentaire et les cosmétiques.

Source : Finistère Economie

pêche64

PÊCHE, AQUACULTURE, CONCHYLICULTURE

La filière finistérienne des produits de la mer se caractérise par la diversité de ses productions et des métiers pratiqués. Ce secteur traditionnel de l’économie finistérienne a contribué à façonner le territoire qui bénéficie d’un maillage dense d’installations portuaires adaptées aux besoins de la filière.

Huit ports finistériens sont équipés d’une halle à marée, toutes pourvues d’un système de vente à distance.

Le secteur de la pêche pour le Finistère, c’est :

 

1.250 kilomètres de côtes ;

25% de l’approvisionnement national en produits de la mer (selon le CDPMEM 29) ;

15 ports (dont 8 dotés d’une halle à marée) :

  • Les ports de pêche de Cornouaille : Douarnenez, Audierne, Saint-Guénolé, Le Guilvinec, Loctudy, Lesconil et Concarneau ;
  • Les ports de desserte des îles : Île de sein, Molène,Ouessant, Le Conquet, Île de Batz, Roscoff-Vieux port ;
  • Le port de Roscoff-Bloscon (pêche et commerce) ;
  • Le port de commerce du Corniguel à Quimper.

20 concessions portuaires ;

Plus du quart de la pêche française est débarqué dans le département, qui compte 4 des 10 premiers ports de pêche nationaux (Roscoff, Guilvinec, Concarneau et Saint-Guénolé), et les trois-quarts de la production française d’algues, essentiellement au port de Lanildut ;

Source : Finistère Economie

radar64

SÉCURITÉ ET SURETÉ MARITIME

La sûreté désigne les mesures de protection des personnes et des biens face à tout acte de malveillance, de la délinquance au terrorisme.

La sécurité est, quant à elle, relative aux dysfonctionnements techniques sans causes anthropiques volontaires.

La sûreté maritime a pour but de détecter les menaces d’actes illicites qui pèsent sur les navires, les ports et les installations portuaires, et de prendre les mesures de protection contre ces menaces. La sûreté portuaire limite son champ d’action aux ports et aux installations portuaires (à savoir, les terminaux).

L’amélioration des performances des moyens de surveillance de la mer et de protection des personnes et des biens contribue à renforcer la sécurité et la sûreté sur toutes les mers.

Le Crédit Agricole utilise des cookies pour ce site : certains cookies sont indispensables car utilisés à des fins de bon fonctionnement et de sécurité : d'autres sont facultatifs. Les cookies de mesure d'audience permettent de réaliser des statistiques de visites, d'analyser votre navigation.

Les cookies de publicité personnalisée permettent de personnaliser votre parcours, les publicités, communications et sollicitations de prospection commerciale à votre intention.

Nous vous invitons à nous faire part dès à présent de vos choix concernant le dépôt de ces cookies facultatifs sur votre terminal, soit en les acceptant tous, soit en les refusant tous, soit en personnalisant votre choix par finalité. A défaut, vous ne pourrez pas poursuivre votre navigation sur notre site.

Votre choix est libre et peut être modifié à tout moment, en cliquant sur le lien "Cookies", en bas de page. Nous conservons votre choix pendant 6 mois.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Paramètres de confidentialité

Veuillez noter que les cookies essentiels sont indispensables au fonctionnement du site, et qu’ils ne peuvent pas être désactivés.

  • wordpress_test_cookie
  • wordpress_logged_in_
  • wordpress_sec
  • *Google reCAPTCHA*
  • *_grecaptcha*
  • *welaunch_*
  • rs6_library_pagination
  • rs6_overview_pagination

Refuser tous les services
Accepter tous les services