Focus sur l’entreprise quimpéroise SABELLA qui a relevé le pari de l’hydrolienne.