28 août 2017 Filiere Mer Rédacteur

Focus sur l’entreprise quimpéroise SABELLA qui a relevé le pari de l’hydrolienne.

Cet été, la Filière Mer a eu le plaisir de rencontrer Jean-François Daviau, président de Sabella.

Sabella, contre vents et marées

En un peu moins de dix ans de création, l’entreprise Sabella a déjà de belles réussites  à son actif. En 2008, la pose d’une 1ere hydrolienne D-03 (3 mètres de diamètre) à Bénodet lui a permis d’expérimenter sa technologie. En 2015, celle d’une seconde hydrolienne D-010 (10 mètres de diamètre) dans le passage du Fromveur à Ouessant a confirmé qu’ils étaient sur la bonne voie en produisant 10% du besoin en électricité des ouessantins.

Pourtant le parcours a été semé d’embuches mais Jean-François Daviau et son équipe n’ont jamais lâché. Passionnés, ces entrepreneurs croient en leur technologie. Et ce ne sont pas les seuls car la Région Bretagne, l’Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie, le Crédit Agricole du Finistère et de nombreux autres investisseurs soutiennent l’aventure.

 

Des projets, de la Bretagne à l’international

Pour Sabella aujourd’hui, les projets se multiplient. Son objectif : fournir de l’énergie aux îles pour lesquelles l’accès est difficile et très cher.

Au niveau national, deux sites permettent ce type d’expérimentation : celui du Fromveur à Ouessant et celui du Raz Blanchard dans la Manche. Sabella s’est concentré sur le premier, spot breton très connu pour son fort courant qui peut atteindre jusqu’à 9 nœuds localement.

Ainsi, après une phase de maintenance, l’hydrolienne D-10 va être remise à l’eau cet hiver dans le passage du Fromveur pour une durée de deux ans. D’autre part dans le cadre du projet Eusabella, lancé en 2015, Sabella projette d’immerger 3 machines D-12 (12 mètres de diamètre) pour couvrir 85% du besoin des Ouessantins.

A l’international, Sabella conquiert aussi le marché. L’Indonésie et les Philippines s’intéressent à la technologie de notre entreprise finistérienne. A Capul aux Philippines, un projet est en cours pour faciliter l’accès à l’énergie dans cette île de 15 000 habitants. Seuls 30% de la population y est actuellement électrifiée 6 heures par jour.

« Et ce n’est pas fini ! » poursuit Jean-François Daviau. Sabella a plusieurs projets en perspectives: l’appel d’offre pour un parc commercial hydrolien et éolien flottant dans les sites du Fromveur et du Raz Blanchard et l’ouverture de nouveaux locaux sur le Polder à Brest dans le cadre du déploiement industriel de la région Bretagne prévu entre 2020 et 2030.

 

Bien loin de jouer les apprentis sorciers, Jean-François Daviau souligne le fait que Sabella est en « pleines réflexions industrielles afin de répondre aux changements de demain». Pour lui, avoir la confiance et le soutien des acteurs institutionnels et financiers est indispensable pour le développement d’une entreprise comme Sabella. Jean-François Daviau remercie encore tous ses partenaires et notamment  la Filière Mer qui l’accompagne en tant que « Banquier du territoire». C’est avec intérêt que Jean-François Daviau a retenu la date du 7 novembre 2017 pour participer aux Rencontres Nationales de la Filière Mer à Brest.  Cette journée sera l’occasion pour les acteurs de l’économie bleue de se rencontrer et d’échanger sur les enjeux de l’innovation maritime.

 

 

icon-car.pngKML-LogoFullscreen-LogoQR-code-logoGeoJSON-LogoGeoRSS-LogoWikitude-Logo
Filière Mer - Crédit Agricole du Finistère

chargement de la carte - veuillez patienter...

Filière Mer - Crédit Agricole du Finistère 48.010781, -4.093754

Nous Contacter